Accueil > Personnel > Birmingham > La vie à Birmi > Politiques d’integration II

Politiques d’integration II

jeudi 23 novembre 2006, par Nathalie

L’un des premiers articles que j’ai publier sur ce blog (enfin ce site pour faire plaisir a Vincent) s’intitulait "Politique d’intégration". Cela ne faisait guerre longtemps que nous étions arrives au Royaume Uni et cet article n’était que le résultat de premières impressions. J’ai maintenant un peu plus de renseignements et voici donc des informations un peu plus détaillées :

I - Les Religieux

Au mois de septembre-octobre, diverses fêtes juives ont eu lieu. Nous nous sommes donc un peu renseigné à ce sujet, en particulier mon cher et tendre cherchait un endroit où faire kippour (le grand pardon). J’ai commencé par me renseigner à l’Université.
Il y a en effet un bâtiment nommé le "St. Francis Hall" qui est réservé aux religions, entendez par là à la pratique des religions et non le département de théologie. Remarquez le pluriel, ce bâtiment est le lieu de pratiques DES religionS et il y en a pas mal, chrétiens romains, anglicans, protestants, sikhs, boudhistes, musulmans, juifs liberaux, juifs orthodoxes, tous peuvent prier ou discuter dqns ce lieu ! C’est ainsi que j’ai demande des renseignements sur Kippour a un prêtre italien (il avait même le petit truc blanc autour du cou) !

Finalement, Vincent a réalisé que la grande synagogue de Birmingham (magnifique soit dit en passant) était tout pret de la maison, il a sympathise avec une ou deux personnes le jour de kippour et nous voila invite par le rabbin a un dîner entre "jeunes". A cette occasion nous avons un peu discuté avec le rabbin. Je lui ai raconté ma surprise de me renseigner sur kippour au près d’un prêtre catholique. Et voila l’histoire qu’il m’a racontée :

Au moment des attentats du 11 septembre 2001, il y a eu une énorme haine dévelopée contre les musulmans au Royaume Uni et en particulier a Birmingham. A tel point que certains envoyaient des projectiles sur les mosquées ou y inscrivaient des insultes racistes. Le rabbin voyant ça a été choqué et a décidé de téléphoner a l’Imam de Birmingham (celui de la grande mosquée qui accueil plus de 2000 fidèles tous les vendredis). Il lui explique sa consternation et lui propose de venir affirmer le soutient de la communauté juive, par exemple a la prochaine prière. L’Imam le remercie et lui certifie qu’il sera son invité d’honneur. Le vendredi suivant le rabbin était tout de même un peu inquiet en tant que juif de se retrouver au milieu de tout ces musulmans... Mais là, surprise : il y avait des représentants des autres communautés religieuses qui étaient venues prêter mains fortes !

C’est ainsi que les activités inter-religieuses ont débutés a Birmingham. Les représentant des divers groupes se rencontre régulièrement et décident d’actions à mener ensemble. Il parait même que l’archevêque de Birmingham est l’un des meilleurs amis du rabbin !

II-l’administration

A peu près a la même époque, un reportage est passé à la télé sur la politique d’inégration an Grande Bretagne : "Ghetto Britain" réalisé par le Dr. Beckford (accessoirement, enseignant a l’Universite de Birmingham). Ce documentaire était riche en informations. J’y ai par exemple appris, que la politique d’intégration en Grande Bretagne est basée sur le "Race Relations Act" établi en 1976 qui dit en gros que la discrimination raciale c’est pas très très joli et répréhensible par la loi. Surtout, cette loi est a l’origine de la "comission for racial equality" qui s’occupe de gérer les problèmes inter-raciaux.
Ce que ce documentaire montrait était que tout cela ne marchait pas du tout ! Par exemple, cette commission attribue des subventions pour les minorités. Mais c’est comme cela que pour pouvoir financer un centre culturel, la communauté asiatique a dù démontrer que ce centre était destiné aux asiatiques et certainement pas aux caribéens ou aux africains... Pour attiser les communautarismes, on fait pas mieux ! D’autre part, il apparaît, que les blancs issus de quartiers difficiles se sentent un peu oublié dans cette belle égalité et du coup ont tendance a vote pour les partis nationalistes.

III-Evenements recents

En juillet 2005, Al Quaida s’en est pris a Londres en commettant plusieurs attentats dans les transports en commun. Ce qui a choque les britanniques, c’est notamment que tous les terroristes étaient de nationalité britannique issus de l’immigration. Re-belotte avec la vague d’arrestation de l’été dernier.
Depuis, il y a un véritable débat public sur pourquoi des citoyens britanniques peuvent hair leur pays avec une telle violence et surtout comment éviter que cela se reproduise

Vous avez du entendre parler récement de Jack Straw, ancien ministre des affaires étrangères de Tony Blair (donc de gauche), qui a dit que les femmes devrait retirer leur voile dans les administrations, le voile "intégral" mais aussi le foulard plus commun. Evidemment les musulmans ont crié a la censure et les nationaliste se sont engoufrés dans cette brèche. Le débat est encore plus ou moins d’actualité mais je ne pense pas qu’une loi soit jamais votée.

Très récemment, le gouvernement à demandé aux Universites de rapporter aux renseignements toutes activités suspectes de la part des étudiants musulmans. Un présidents d’Universite interviewé expliquait qu’il était évident ces dernières années, que l’Islam s’était considérablement radicalise sur les campus Universitaire, mais était révolté par cette mesure :

IV-Discussion

Ce que je trouve d’absolument révoltant est que finalement, les seuls actions inter-communautaires, sont organisées par les religieux. Autrement dit, si vous avez envie de partager votre culture, votre histoire avec un autre, l’une des seules m2thodes est de se tourner vers la religion.

Finalement les pouvoirs publics prouvent leur incompétences, puisqu’ils séparent les communautés, et pousse les individus vers la religion, c’est dire loin des lois des hommes et pres des lois divines. Cela est fait notamment a travers les subventions publiques mais également par l’éducation : le rapport d’un étudiant a son professeur est sensée être base sur la confiance, c’est une des voie de l’intégration. Des lors que les professeurs n’auront plus cette confiance, les étudiants se retourneront vers les dignitaires religieux présents sur les universités... comme par hasard, c’est la qu’Al Quaida recrute !


1-Je trouve l’action du rabbin particulierement noble et courageuse, en d’autres temps et si d’autres avaient manifeste ce type de courage bien des vies auraient pu etre epargnees... Mais cela ne change rien au fait que ce sont les pouvoirs publiques qui auraient du prendre une telle initiative.


2-La comission for racial equality va bientôt changer de nom (mais apparemment pas de fonctions) et s’appeler quelque chose comme "comission for ethnique equality". Le fait est qu’il n’y a pas de race au sein de l’espèce humaine et que par définition le fait d’en reconnaître est du racisme... donc chapeau a ceux qui ont trouver ce nom en 1976 !

Messages

  • Merci pour cet article tres interessant. Il souleve beaucoup de problemes du monde actuel, qui est je pense du à beaucoup d’incomprehensions que certains attisent avec joie :’( :’( :’(

    J’aimerais juste dire que je comprend la peur que peuvent ressentir les gens face aux musulmans actuellement. Comment leur en vouloir quand beaucoup d’attentats aujourd’hui sont le fruit de l’integrisme islamique.

    La communauté musulmane n’arrete pas de crier qu’il ne faut pas faire d’almagames mais je pense que nous ne prenons pas assez de distance. A tel point que maintenant nous devons prouver que nous ne sommes pas des terroristes. Nous payons ainsi une certaine passivité.

    Je pense que tant que nous n’aurons pas décidé de lutter nous même contre nos integristes, le monde ne retrouvera pas la confiance en nous. C’est à nous de refuser le discours integriste et retrogade de ces gens, au lieu de cette passivité maladive.

    PS : j’emploie le pronom "nous" car je ressens cette situation notamment quand je vais à l’etranger et que je me presente à la douane. Mais je n’ai aucun ressentiment, car je comprend parfaitement cette mefiance.