Accueil > Personnel > Birmingham > Post-doc > Les concours de recrutement de chercheur CNRS / Maître de Conférence

Les concours de recrutement de chercheur CNRS / Maître de Conférence

2 - Oral, Maître de Conférence

lundi 28 mai 2007, par Nathalie

Le labo pour lequel j’étais retenue à l’oral est situé à Toulouse.

Le séminaire

Premier hic, avant l’oral, ils me demandent de venir faire un séminaire au laboratoire en me prévenant 2 jours à l’avance !!! Sympa, heureusement que j’en avais un tout prêt ! Bon sinon ce genre de séminaire est destiné à ce faire connaître des gens du laboratoire. Non seulement il faut faire une présentation nickelle pour montrer à quel point vous êtes adaptés au profil recherché, mais ensuite il faut réussir à voir le maximum de personnes pour pouvoir discuter de votre projet de recherche...

L’oral

L’étape d’après c’est l’oral devant une commission de spécialistes. J’ai bien cherché, mais je n’ai trouvé nul part selon quelles règles cette commission est formée. Ce que j’avais cru comprendre, c’est que le choix du candidat était laissée à un commission regroupant des membres spécialistes du domaine mais indépendant du laboratoire. Ils peuvent ainsi avoir un avis objectif et recruté un candidat sur son excellence. Le laboratoire d’accueil peut avoir des représentants dans cette commission et surtout il peut dire quel est son candidat préféré, mais en aucun cas il ne peut être majoritaire.

C’est beau quand c’est dit comme ça, hein ?

m’
Dans le cas de ce labo, je savais qu’il y avait "un candidat local" c’est à dire quelqu’un qui travail déjà là-bas avec un contrat durée déterminée. Oui mais moi je connaissais le type et je savais que
- je suis meilleure que lui (plus de publications)
- mon profil correspondait mieux à ce qui était demandé.
Je me disais donc, qu’en réussissant à convaincre les membres de la commission externes au laboratoire, j’avais toutes mes chances. Les gens du labo d’accueil m’avaient clairement dit que j’avais moins de chances que le local, mais que j’avais quand même des chances...

Et c’est là que je pousse mon gigantesque coup de gueule : je suis arrivée et la commission de spécialistes s’étaient scindée en 3 de manière à pouvoir évaluer les candidats sur les 3 postes ouverts dans ce laboratoire. Et "ma" commission était composé à moitié de membres du laboratoire. Autant dire qu’ils allaient soutenir leur protégé et que je n’avais aucune chance dès le départ.

Conclusion

On m’a fait venir 2 fois de Birmingham, à mes frais, pour m’auditionner alors que les jeux étaient fait d’avance. Ils n’ont même pas eu la descence de m’envoyer un mail pour me donner le résultat, ni même de répondre à celui que je leur avais écrit !!!!

Ce qu’il faut comprendre est qu’ils sont obligés de faire venir plusieurs candidats pour justifier le terme "concours", oui mais on était plus que 2 à passer cette audition et ils pourraient au moins réduire les auditionnés au minimum car ça coûte cher tout ces voyages !

Si j’avais été recalée par une commission objective, j’aurai dit que c’est la règle du jeu. Mais devant cette mascarade je me sens particulièrement outrée.

Mais finalement, je n’en veux pas particulièrement aux toulousains, mais à ce système qui est complètement odieux.
Si les labos veulent protéger les candidats locaux, alors très bien, parfait, mais que cela soit dit clairement. Si la politique de la Recherche est d’empêcher le recrutement de candidat local, alors il faut changer les règles de ce concours. Mais là, il y a un truc de vraiment odieux.

Personnellement je pense que c’est bien pour les laboratoires d’avoir formé leur propres candidats. Mais je trouve bien aussi que les gens aillent voir un peu ailleurs, ça permet d’amener une nouvelle culture, de nouvelles techniques...

A mon avis

L’idée pourrait être d’interdire de recruter un candidat qui est déjà dans le labo. Ca inciterait les labos à faire revenir leur petits protégés de l’étranger, ça empêcherait les recrutements complètement locaux, ça favoriserait la diversité.

Et puis, après plus d’un an passé au Royaume Uni, je ne comprend pas cette frénésie du poste permanent. Ici, la plupart des chercheurs, passent par des contrats de 5ans, avant de trouver un poste permanent. Alors oui, c’est sûr, je vous entends parler de précarité et tout et tout. Mais à la fois, cela permettrait aux jeunes chercheurs, de rester suffisamment longtemps dans un labo pour avoir de beaux résultats. 5ans, ça permet aussi de commencer à s’établir personnellement. Ca laisse le temps de se renouveler. Pour certains ça laisserait aussi le temps de faire des découvertes suffisamment applicatives pour qu’ils puissent monter leur start-up... La création d’entreprise par les jeunes chercheurs pourraient être tout à fait encouragé par l’Etat...

Bref, aux prochaines élections : VOTEZ POUR MOI :-D

Mais ça, c’est pas pour demain !

Messages

  • Coucou Nathalie

    Je te comprend parfaitement, je viens aussi de passer les concours
    et me suis plantée en beauté :’(
    J adore quand ils te font venir (surtout mon labo de thèse d ailleurs) alors que les dés sont déjà jetés. Et surtout quand je constate certain abhération dans le classement...
    Mais bon, tout expérience est bon à prendre :o)
    Certains bons candidats errent dans les couloirs des universités depuis 3-4 ans, c’est vraiment lamentable, faut vraiment être motivé.

    • Punaise.... Même ton labo de thèse ne t’a pas dit les choses clairement ? C’est vraiment lamentable :( :( :(

      Mais comme tu dis, toute expérience est bonne à prendre, rendez-vous l’année prochaine !

    • bonjour !
      je voudrais intervenir, parce que moi aussi j’ai la rage ! Je ne vais pas rentrer dans les détails des mes echecs aux auditions MCF, mais juste dire que pour que le concours soit réellement un concours, il faut tout simplement prendre le MEILLEUR CANDIDAT !!!!!! local ou pas local, peu importe !!! Les membres d’un jury m’ont dit : tu as été brillante, et de loin la meilleure, mais on prend l’autre parce que madame O , présidente du jury, et chercheuse dans le labo d’acceuil, veut placer son étudiante !
      Résultat : concours annulé !!!! et ben oui, aucun chercheur ne voulait de cette nana qui avait été ATER et qui avait fait preuve d’incompétence.... alors c’est pas passé... Dans ce cas là, ils auraient pu prendre celle qui avait cartonné (moi ;)), puiqu’elle était classée 2ème !!! Et ben non, concours annulé et reporté ! A la session suivante, je postule, et bien ils ne m’ont meme pas auditionné "non non, on va éviter les histoires, on prend pas de candidat local ! (ce labo et le mien étaient en fusion)". Un an plus tard, un autre poste ouvre dans le même labo : je correspond encore plus au profil, mais j’entend des rumeurs comme quoi madame O exige que ca ne soit pas un candidat local.... Ce poste c’est pour cette année, alors j’attend.... je reflechis... je sais pas si je vais postuler.... je suis dégoutée ! Finalement, et je m’en excuse, je suis rentrée dans les détails....mais ,voilà, c’est fait, j’ai ralé !! A bientot !

    • Salut Lolotte,

      Bah dis-donc ils sont quand même incroyables, à croire que c’est facile de trouver un poste ! Mais bon à la fois je connais au moins une autre histoire similaire à la tienne, c’est qu’il y a donc un vrai problème avec ces histoires de classement.

      Bon, en tous cas si ce labo te plait vraiment malgré les évidents problèmes politiques et la Madame O., et bien je te conseille de retenter ta chance cette année. Je ne connais pas ton dossier, mais d’après ce que tu racontes, tes deux echecs précédents sont avant tout dû à des pbms politiques, donc on ne sait jamais, peut être que tu peux l’avoir cette année.

      Et puis, un petit conseil, puisque ces gens là n’ont absolument aucun respect pour les candidats, je te propose de faire la même chose : un petit peu de lèche à Madame O. avant le concours ainsi qu’à son pire ennemi, et ça passera comme une lettre à la poste !

      Bon courage !

  • Hello,

    je compatis également à ta déception. Et le fait qu’ils ne t’ont pas écrit pour te dire si au moins tu avais été classé est vraiment nul de leur part (c’était le laboratoire de Mr Bobo ?). Mais c’est vrai que la procédure actuelle n’a rien d’un concours honnête.

    Pour rebondir sur ton idée, je pense qu’il devrait être interdit de recruter un enseignant chercheur qui a fait sa thèse dans le laboratoire visé. Cela permettrait une meilleure dynamique scientifique. D’ailleurs à Orléans, le président insiste pour choisir un extérieur plutôt qu’un local à compétences égales. Mais là l’orientation du profil prend tout son sens, afin de coller le profil à la personne qu’on cherche à recruter...

    Sinon pour la frénésie du poste permanent, on m’a déjà fait la remarque que c’était un syndrome franco-français quand je passais des entretiens avec des organismes étrangers. Mais les systèmes ne sont pas directement comparables. En effet, à l’étranger la société est habituée à plus de mobilité professionnelle et aux contrats cours. Alors qu’en France, un DRH qui voit un candidat qui a bondit d’entreprises en entreprises le considérera comme un instable. En plus si tu as un CDD, on te demandera une caution pour ton appartement, etc, etc...

    Bon courage à toi si tu comptes passer les concours pour les postes d’IR du CNRS. Apparemment il y a un concours écrit cette année...

    @+++

    • Je voulais juste réagir sur la frénésie du poste permanent.

      Je suis en CDD depuis la fin de ma thèse et cela fait environ 5 ans (je ne suis pas à plaindre si on veut), mais quand même être toujours payée au plus bas de la grille salariale, je trouve que ce n’est pas bien. Ce n’est pas que je serais riche si mon salaire tenait compte de mon ancienneté, mais les gens en face de vous (responsables, collègues...) vous considèrent juste comme de la merde parce que vous n’êtes pas comme eux. Moi justement j’aime la liberté des CDD et le côté stimulant de participer à des projets variés, travailler avec des gens différents, etc.

      La reconnaissance du mérite et de l’expérience permettrait de revaloriser les CDD du point de vue carrière.

  • Bon bé comme je le craignais dans ma précédente réaction, le comportement en recrutement de chercheur ne vaut pas mieux que le recrutement des ingénieurs....

    Bon tout ça pour dire, je savais pas où le mettre :

    BON ANNIVERSAIRE !!!! :))

    A+

  • Bon et alors, on ne le dit même pas à sa môman ?
    Remarque, 1- ça t’évitera d’être obligée de faire le grand écart (:p) et 2- tu te présenteras une autre fois ou bien tu essayera le CNRS B)

    (love) Mom

  • Bonjour Nathalie,

    J’ai eu ma thèse en 2003 et je viens enfin de décrocher un poste. Il faut savoir qu’il y avait des locaux sur le coup et que j’y suis allé pour m’entraîner. J’ai un dossier moyen mais je passe bien à l’oral. Je n’ai rencontré aucune personne du labo mais j’ai appelé les contacts enseignement et recherche. Le jour de l’audition j’avais la niaque et je leur ai paru dynamique et motivé. Comme quoi tout est possible.
    Pendant mon post-doc, je bossais avec quelqu’un qui s’est fait virer de l’université à l’age de 43 ans après avoir enchainé deux BAT 2a (zwei en allemand) et ces contrats de 5 ans je ne suis pas certain que ce soit un bien car à 43 ans ça me ferait mal d’aller voir mes copains de l’ANPE. Car ça aussi j’ai connu, on imagine même pas comment le doctorat est formateur.

    Je comprends bien ta situation j’espère que tu vas t’en sortir.

    • Salut Toto !

      Je sais que c’est possible d’avoir le concours et même devant des locaux. Je ne me plains pas de ne pas avoir eu les concours je me plains de la manière dont ça se passe. Car j’imagine que si tu as eu le poste face aux locaux c’est qu’il devait y avoir des rivalités politiques au sein du laboratoire.

      Je ne pense effectivement pas que des contrats de 5ans renouvlables éternellement soient la solution, loin de là. Mais je suis persuadée que les postes permanents ne sont pas la solution non plus. Mais avec un peu d’imagination je suis sure que l’on peut trouver des solutions intermédiaires.

      Le fait est que j’ai très envie de revenir en France car quoiqu’en on dise c’est un pays où l’on vit extrêmement bien. Mais je n’ai aucune envie d’avoir un poste permanent, j’ai envie de pouvoir bouger, de changer d’orientation, de changer de fonctions, de faire un peu beaucoup ou pas du tout d’enseignement...

      Alors c’est sûr, il ne faut que ça change tous les 6 mois, il faut créer des règles mais en tous cas la configuration actuelle de la recherche en France ne l’autorise absolument pas (ou alors de manière complètement théorique) alors que cela est possible et se fait dans d’autres pays.

      En tous cas toutes mes félicitations pour ton poste, j’espère que le labo te plaira et que tu t’entendra avec tes nouveaux collègues (Non parce que ça aussi c’est quand même hallucinant tu as un poste que tu peux hypothétiquement garder jusqu’à ta retraite, mais à aucun moment on a essayé de voir si on pouvait s’entendre avec toi (et vice versa) !!! Si ça se trouve vous ne vous adapterez jamais l’un à l’autre et, excuses moi, mais les meilleurs scientifiques du monde, s’ils ne s’entendent pas ne seront que très peu performants... Ces concours, c’est vraiment n’importe quoi !!!!)

    • Car j’imagine que si tu as eu le poste face aux locaux c’est qu’il devait y avoir des rivalités politiques au sein du laboratoire.

      Complètement d’accord, je crois que j’ai bénéficié d’un tir croisé et j’imagine que qd je vais prendre mon poste je vais apprendre petit à petit ce qui s’est passé.

      Mais avec un peu d’imagination je suis sure que l’on peut trouver des solutions intermédiaires.

      Je pense qu’un chercheur pour faire de la bonne recherche à besoin de sérénité. Cette sérénité ne lui sera apportée que par une situation stable. Il me semble qu’après 8 ans d’études une stabilisation de la situation soit normale. On a déjà eu le temps de faire la sélection. Je ne connais que peu de doctorants qui soient des fumistes, ce sont généralement des gens compétents qui bénéficient d’une formation excellente. Le problème à mon avis c’est qu’il a qd même quelques brebis galeuses parceque :
      1 on donne automatiquement la thèse à quelqu’un qui arrive à pondre un mémoire sur une thèse pourrie (ça arrive parfois car le directeur de thèse connait les rapporteurs) et j’estime que cette automatisation à délivrer des doctorats à partir du moment où l’on commence discrédite énormément le diplôme.
      2 s’est bien trop tentant pour les labos toutes ces petites mains qui bosses pour presque rien et qui permettent de récolter les primes d’encadrement. Le pblm c’est que toutes ces petites mains sont finalement trop nombreuses. Mais bon qd on a un poste on s’en fout car ce sont les autres qui trinquent.

      Si ça se trouve vous ne vous adapterez jamais l’un à l’autre et, excuses moi, mais les meilleurs scientifiques du monde, s’ils ne s’entendent pas ne seront que très peu performants... Ces concours, c’est vraiment n’importe quoi !!!!

      Il est vrai qu’à vouloir verrouiller des postes on finit par recruter des gens sur 25 min. d’audition. Comme tu le dis c’est vraiment n’importe quoi !!!

  • Tu devrais soigner un peu plus l’orthographe de tes textes je crois...

  • Ouais, pas facile de trouver un poste, surtout qd on est juger sur le nombre de publi.

    Ce que tu dis "Je suis meilleure que lui (plus de publications)" m’enerve vraimement. Il n’y a que le nombre qui compte...

    Perso, je n’ai que 3 publis mais toutes dans des journeaux avec des facteurs d’impact superieurs a 7 ou 8.

    Alors, j’ecris pas souvent mais bon.

    Ca m’enerve d’etre compare a des gens qui publient dans des joureaux de merde pour avoir bcp de publis.

    Bon, ct mon coup de sang.

    • Ha mais je suis plus que d’accord avec toi ! Bon je crois quand même que les Sciences et les Nature comptent plus que les autres publis mais les autres journaux sont tous égaux. Alors est-ce qu’il faut juger un type sur le nombre de citations qu’obtiennent ses articles ?

      Je ne sais plus où j’avais lu ça mais je crois même qu’il y a des chercheurs qui voulaient adapter le célèbre Page Rank de google à l’évaluation des chercheurs...

      En tous, cas, toi au moins tu as des publis. Je connais quelqu’un qui a fait une super thèse, une de celle à laquelle plusieurs génération de thésards feront référence dans le labo. Le hic c’est que le gar n’a obtenu que des résultats négatifs : il a montré quelles étaient toutes les possibilités pour que la manip ne marche pas ! Donc zéro publi (enfin si une petite). Ce type, dans un labo, il vaut de l’or il est malin cultivé débrouillard, etc, mais comme on ne juge que sur le nombre de publis bah ce genre de personnes n’a aucune chance !

  • Bonjour Nathalie, Bonjour à tous,
    Savez-vous que les pré-auditions sont illégales dans un concours de recrutement de MCF ?
    Pascale

    • Salut Pascale,

      Qu’entends-tu par pré-audition ? Ce séminaire auquel le labo t’invite ?
      Non je ne savais pas que c’était illégal mais à la fois peut importe, que veux-tu y faire ? Avoir recours à la justice ? Comme ça tu seras définitivement fichée pour n’importe quel poste auquel tu poseras ta candidature... Et en réponse à cette accusation, le labo peut juste dire qu’il a invité un confrère à faire un séminaire.

      J’ai l’impression, en fait, qu’il y a pas mal d’us et coutumes dans ces concours MCF ou CNRS qui n’ont strictement rien de légal. Mais à la fois c’est fait dans une telle opacité que tu as du mal à savoir comment tu pourrais contester la décision.

      En plus, comment est-ce qu’on conteste la régularité d’un concours ? Perso je n’ai ni le temps ni les moyens d’engager un avocat pour s’occuper de ça, je me demande si ça se passe de la même manière dans les disciplines juridique ?

    • Bonsoir à toi,
      Pré-audition : Si jamais le labo t’invite à faire un séminaire, bien évidemment que ce n’est pas du tout interdit puisque cela fait partie des fonctions de tout chercheur qui se respecte. En revanche si au cours de ce séminaire l’équipe d’accueil te pose des questions DIRECTEMENT EN RELATION AVEC LE POSTE mis au concours, là c’est totalement interdit car au nom de quoi tu serais pré-auditionnée SUR CE POSTE et pas les 99 autres candidats qui eux, aussi, ont déposé un dossier. Maintenant je suis tout à fait d’accord avec toi qu’il est très difficile de prouver que ton "séminaire" était en fait une pré-audition qui traitait du POSTE mais ça n’est pas impossible. Il faut effectivement du courage pour dénoncer de telles pratiques puisque le corporatisme se met rapidement en place mais il faut savoir ce que l’on veut. Pour ma part j’ai connaissance d’un recours formulé l’an passé (2007) contre Paris 5. La candidate a été pré-auditionnée par le directeur du labo, lui-même membre de la CS, et la conversation (dans un café parisien !!!!) aurait tournée autour de la vie privée de la candidate, notamment il lui aurait posé des questions sur sa supposée confession, ses origines culturelles et celles de son époux. Il y a eu 1 ou 2 articles dans la presse régionale (PACA) ainsi qu’un 2mn30 dans le JT Régional. C’est assez SCANDALEUX si les faits sont exacts. D’après son avocat (COLLARD) les "faits sont indiscutables". Si j’ai bien compris le reportage TV c’est qu’elle a été classée en 2, derrière une candidate LOCALE qui ne répondait pas au fléchage du poste. La question que tu ne manqueras pas de me poser je pense, c’est comment cette nana a bien pu prouver tout cela. En ayant téléchargé à nouveau le JT j’ai vu qu’elle tenait sa preuve grâce à un échange de mails à postériori avec le directeur du labo pour lequel elle est revenue sur leur entretien dans le café. On peut aisément lire : " ...j’ai été destabilisée lorsque je devais vous répondre si j’étais pratiquante, y avait-il là aussi un point à gagner ou...à perdre ?" et on lit la réponse du directeur : "Non du tout, du tout, j’ai oublié la question. Du côté privé....". Le présentateur du JT termine son journal en disant que "Paris 5 Sorbonne n’a pas souhaité répondre aux sollicitations du JT" et dans la presse "Le secrétaire général de Paris 5 n’est pas au courant de cette plainte". Donc c’est un recours qui a été formulé au Tribunal administratif de Paris (vice-de procédure avec pré-audition) et une plainte au pénal contre X car même si l’entretien a eu lieu avec ce directeur, peut-être a t-il été mandaté par quelqu’un d’autre pour poser de telles questions. Comme il y a constitution de partie civile, j’ai contacté la candidate en question, elle bosse au CNRS à Marseille et lui ai demandé de me donner la date du procès, je pense assister à l’audience car je crois bien que c’est une première dans l’histoire de l’université française.
      Bonne soirée

      Pour info : le 16 mars 2008, soit quasiment 1 an après sa pré-audition la candidate est devenue Maire-Adjointe chargée des Universités et de la Recherche (le comble !!!!!!)

    • Re-salut Pascale,

      Merci de toutes ces infos ! Remarque, je pense que si un membre d’un labo se mettais à me poser des questions sur ma vie personnelle peut être qu’en effet je porterai plainte, il y a quand même des limites.

      Puis-je te demander qu’elle est ta discipline ? Et peux-tu donner le lien vers ce JT que tu mentionnes ? Cette histoire est en effet intéressante.

      Merci !

    • Nathalie,
      je suis en section 64 (Biochimie et biologie moléculaire). Le lien vers le JT n’est plus actif. Il date de décembre 2007. Par contre je peux te mailer un article de presse concernant cette histoire que j’ai récupéré sur un blog et demander à un pote journaliste chez France3 s’il dispose encore d’une copie de l’enregistrement que je pourrai éventuellement te faire parvenir à l’adresse que tu souhaites. Envoye-moi cela sur ma messagerie.
      a+

    • Bonjour,

      Si c est un séminaire ce n est pas une pre audition et c est tout à fait légal et bien normal puisque à priori les gens doivent vous avoir rencontré

      Damien

    • Bonjour Pascale,
      dispose tu des textes officiels stipulant que cette pratique est illégale.
      merci de ton aide

  • Bonjour Nathalie,

    j’aime bcp ce que tu dit a propos d’aller voire ailleurs, un post-doc c’est la chose meilleur qu’on puisse avoir dans son CV.

    Sinon, c’est quoi ta formation, j’ouvre mon groupe sur TLS et je cherche des chercheurs avec ta mentalite. Alors si tu veut m’envoyer ton CV, mon mail est ambra.mari@ipbs.fr.

    Ambra

  • Vous devriez assigner le cnrs en justice.
    Ils truquent tellement souvent les concours qu’ils croient en avoir le droit.

    Les preuves seraient faciles à réunir. C’est vraiment un secrêt de polichinelle.
    J’ai travaillé au cnrs, à l’inra et à l’inserm, c’est partout pareil. C’est vraiment un scandale et tout le monde ferme les yeux.
    S’il vous plaît, trainez les en justice !!! Vous avez des éléments !

    • Bonjour ririrêveuse,

      JE t’avoue que j’ai une autre mésaventure qui m’est arrivée l’année dernière et c’était tellement gros que j’ai failli porter plainte. Ce qui m’a arrêté c’est que 1-cela me discalifiait d’office pour tout les autres concours que je voudrais passer dans le futur, que 2-cela coute du temps et de l’argent (et j’en ai nettement moins que le CNRS !!!) et 3-j’aurais peut être réussi à annuler ce concours mais je n’aurais pas réussi à récupérer le poste ni à le re-faire un concours. Du coup il y aurait eu plus de mécontents que de content.

      Moi mon opinion c’est qu’il faudrait une véritable union des post-doctorants (ce qui n’existe pas à leur actuelle) pour une refonte du système d’embauche dans la recherche publique. En effet ce qu’il se passe c’est n’importe quoi. Et je pense que si les labos étaient beaucoup plus impliqués les dérivent actuelles n’existeraient pas ou en tous cas... moins.

      à creuser !

  • Incroyable, pour ma part, j’ai refusé mon diplôme de doctorat, il n’a aucune valeur même symbolique, il ne vaut rien, c’est tellement de la mascarade le système de concours et de qualification, à 37 ans, âge moyen du recrutement de MDC, bientôt ils recruteront des vieillards, déjà qu’ils sont tous vieillards jeunes à les voir dans les labos, réellement, quelle tristesse, à l’étranger les chercheurs sont plus jeunes, perdent moins leurs cheveux et ne sont pas aigris. Pour ma part, je refuse d’etre vieux avant l’âge, j’ai donc renvoyé au ministère un diplôme dévalorisé et sans aucune norme de reconnaissance qu’est le doctorat.
    Ainsi sera.

    Bon voyage à tous sous les tropiques dans des lieux où la recherche a encore un avenir et surtout un terreau de valorisation à ne pas perdre vos cheveux avant l’âge.
    Les universités doivent éviter de devenir des hospices universitaires en France.

    • Bravo d’avoir refusé ce diplôme qui ne sert à rien.
      J’ai moi-même connu le processus : docteur en droit en 2001, qualifiée en 2002, et exclue définitivement du sérail en 2003.
      Ce concours est, en fait, une cooptation. Moi-même doublée par un local à Paris XI au motif, entre autre qu’il "avait une famille à nourrir", j’ai préféré laisser tomber.
      Au final, depuis que j’ai fait le deuil de la vie universitaire, ma vie professionnelle s’est grandement améliorée : je suis aujourd’hui responsable des marchés publics dans une commune. Mais, je recommande, quand on me demande mon avis, de ne pas faire le choix de la thèse. Cela a été un grand plaisir mais également une perte de temps. Le doctorat est un repoussoir à employeur. Autant donc s’abstenir.
      Je rejoindrais avec plaisir un groupe faisant du lobbying pour une réforme du recrutement des MCF.
      Cordialement.

  • Salut à tous,
    Je suis moi aussi docteure en sciences humaines depuis 2002. Je viens de cité, la connaissance signifie quelque chose de fort à mes yeux. Après un contrat d’Ater, je me suis retrouvée pendant des années au chômedu, mal dans ma peau et passablement dépressive. Mon milieu est très petit, les lecheurs de cul nombreux.
    Pour ma part, j’ai toujours estimé que je n’avais pas à faire de "relationnel", puisque mon travail était correct, je publiais, désobéissant en ça à mon dirlo de thèse, qui m’avait déconseillé de le faire, et qui m’avait déjà mise sur une voie de garage.

    Là, j’ai retrouvé un boulot, dans la recherche, niveau "bac + 2". J’ai tenté de passer à un poste de chargé d’études. On m’a dit "non".
    Ca fout les boules parce qu’au quotidien, je vois d’énormes pbs de méthologie, de mode de recueil des données, bref je suis constamment ramenée à ces années de thèse, et je vois combien tous ces principes sont écrabouillés ici par des gens mis en place par le "réseau".
    Je suis contente de pouvoir nourrir les miens et je ne désespère pas.
    L’idée de se grouper en un mouvement est sympa, vraiment. C’est frappant de voir à quel point notre situation est méconnue.
    Biz et bon courage !

  • Bonjour,

    Vos commentaires sont très intéressants. J’essaie de finir ma thèse en sciences humaines, et je préfère être consciente de ces fonctionnements avant de me lancer dans la recherche d’un poste. Un thésard averti en vaut deux.
    Je suis par contre surprise, voire un peu attristée, par l’abondance des fautes d’orthographe qu’on peut lire dans les commentaires.
    Tout le monde peut accéder à ce site, et c’est l’image de la recherche et de l’enseignement auprès de nos concitoyens qui est en jeu... :-/

  • Bonjour,
    Je souhaiterai apporté mon témoignage quand aux pratiques odieuses lors des recrutements de maître de conférences...

    J’ai fini ma thèse en novembre 2007, qualifié en section 61 en janvier 2008 et depuis je suis dans le privé. Je voulais revenir vers le milieu académique. J’ai donc postuler à quelques annonces 5 en tout et j’ai fait les choses bien, selon les règles de ma communauté :

    1- Prendre contact par téléphone avec les responsables pédagogique et de recherche (pour montrer l’intérêt et aller chercher des infos non présente dans l’annonce)
    2- Aller chercher des lettres de recommandation de personnes reconnues dans la communauté
    3- Faire un beau CV étendue avec projet d’enseignement et de recherche (20 pages :o )
    4- Faire les démarches via l’application du ministère Galaxie
    5- Envoyer le tout en 3 exemplaires avant la deadline en mars...

    Ouf c’est fini !!

    Sur les 5 candidature 2 auditions, 2 refus (une lettre de 2 lignes, je m’attendais à une grille d’évaluation, quelque chose d’aussi formel que la candidature) et un qui n’a même pas pris la peine de me répondre (INSA Lyon) ! Quel mépris...(Note pour moi-même : la prochaine fois que tu reçoit un CV d’un diplômé de l’INSA le rejeté immédiatement...Hé oui je fait aussi du recrutement...Mais non c’est pas ton genre, tu es pro.... )

    J’ai effectué les 2 auditions (loin de chez moi, poser une journée de congé, se taper la route, prendre un hôtel, etc.) Lors de la deuxième audition je revoit un candidat local de la première avec qui j’avais sympathiser et qui est toujours dans le milieu ... Là il m’informe que les postes sont fléchés et qu’ils savent à l’avance quel va être le candidat retenue...il me donne même mon classement pour ma première audition...Son équipe lui avait dit :" le poste n’est pas pour toi cette année mais viens quand même faire l’audition tu pourra t’entrainer !!!"

    Je vous laisse imaginer ma colère à ce moment là ... Et dire que je voulais revenir dans ce milieu par passion pour la recherche ... Je gagne actuellement 2 fois plus qu’un maître de conférences...

    Je crois que je vais continuer dans le privé...

    Bon courage quand même pour ceux qui tentent cette aventure !!!

    J’espère qu’un jour cela va évoluer...et pourquoi pas transformer ces postes en CDI de droit privé et non plus en poste de fonctionnaire planqué...ça fera peut être évolué les choses...

     :>

    •  :’(

      Je vais finir la thèse fin 2011 a UPMC en physico-chimie. Je tends a candidater un concours MdC a UPMC.

      Quand je lis tous ça. Je m’arrête et cherche un post doc.

      Merci.

    • Hi there ! J’ai de loin l’histoire la plus incroyable ! :’) En version courte :
      - Je depose un dossier de 5 pages, CV .... pour un poste a l’universite.... a t=0

      - La date limite est seulement t=+3 jours, on me dit que le concours est annule (pour des raisons obscures - on est juste le 1 janvier) - m’enfin je double check aupres de "l’administration"- il s’agit d’une "erreur"- hmmm un peu louche... Bref, je prepare la suite, lettres de support, contacte les equipes impliquees....

      - Apres avoir demande deux fois 10 pages de projet (francais/anglais) et screener les candidats, on me fait venir quand meme pour une audition a Paris (suis au canada) a t=+6 mois - contre un seul autre candidat qui visiblement n’a aucune chance contre mon dossier....

      - Une audition desastreuse ou 4 sur 6 membres "m’allument" a fond pendant 20 min dans tous les sens. Deux heures apres l’oral, les resultats sur internet : Zero classe - et le poste sera reouvert au concours dans quelques mois !!!

      - Impossible d’avoir des details/retours concrets sur l’audition pour gagner un peu d’experience - enfin rien de constructif.... Minable. Tout etait joue a t=0 mais il fallait justifier que la procedure etait respectee etc...pour republier le poste avec un profil un peu different pour certainement un candidat local....

      = 6 mois, temps, energie, depense pour rien ...

      La version longue serait plus marrante !
      Qui fait mieux pour la France ?

  • "L’idée pourrait être d’interdire de recruter un candidat qui est déjà dans le labo. Ca inciterait les labos à faire revenir leur petits protégés de l’étranger, ça empêcherait les recrutements complètement locaux, ça favoriserait la diversité."

    Mauvaise idée à mon sens, qui ne servira qu’à reporter le problème.

    Déjà il est connu que les universités de Toulouse pratiquent la cosanguinité excessive : les locaux sont tjrs privilégiés.

    Cependant la solution que tu proposes ne servira qu’à pénaliser les jeunes docteurs en recherche de poste. Très facile déjà de contourner cela dans les grandes villes (exemple à Paris, il suffit de changer de laboratoire de recrutement, parfois en traversant simplement la rue ...) ou en jouant sur le copinage.

    il y a des abus, mais ils ne sont clairement pas du coté des candidats. D’autre part ta solution amène le problème inverse : un bon local ne pourra pas candidater (ce qui est discriminant au passage) et l’équipe recrutera un mauvais extérieur.

    Je n’ai pas de solution miracle, bien que pr ma part je privilégie le mérite au copinage, mais je suis clairement persuadé que ta proposition est mauvaise

    • Depuis 2 ans, une loi a obligent les universités à recruter des non locaux. C’est une loi qui est en vigueur, et les universités qui ne la respectent pas sont donc hors la loi. Je viens justement d’en discuter aujourd’hui avec un ami MCF. Et si on veut être recruté dans son université d’origine, il faut passer au minimum 2 ans ailleurs.
      C’est mieux aussi je trouve, car dans mon ancien labo par exemple, tous les MCF y ont fait leur thèse, avec les mêmes directeurs de thèse...bah oui ils ont monopolisé le labo et les postes.
      Mais je reconnais que ce monde est très "politisé", il faut connaître les bonnes personnes, et être bien vu...il faut copiner quoi ! Mais le plus dur dans les labo, lors des réunions, ce sont les règlements de compte des prof à travers les doctorants ; j’en ai fait l’amère expérience. J’ai changé de labo, et aujourd’hui je suis dans un autre labo, où c’est plus convivial !
      J’aime la recherche et l’enseignement, mais si c’était à refaire, j’y réfléchirai à 2 fois, il faut avoir les nerfs solides dans le monde de la recherche !

    • Alice, peux-tu me dire de quelle loi tu parles, j’ai cherché et ne la trouve pas.
      Merci :)

  • Bonjour à tous,

    J’ai moi-même aussi connu un grand moment de solitude lors de ma dernière audition : j’ai tout de suite perçu que le jury n’en avait rien à faire de ce que je disais... et j’ai compris plus tard pourquoi. Leur candidate était déjà choisie (en interne, ça va de soi)... C’est franchement très déstabilisant ! Et j’appréhende déjà la prochaine audition...prévue dans quelques jours... Notre parcours est cauchemardesque et ça fait plaisir de lire les témoignages de ceux qui ont réussi à décrocher la lune ! L’espoir fait vivre...
    Je suis en sciences humaines et là aussi, c’est hallucinant de voir des thèses passer qui sont d’une nullité impressionnante. J’ai l’habitude d’encourager les doctorants avant leur soutenance en leur rappelant que c’est l’école des fans : on a tous "mention très honorable avec les félicitations. Pour moi, ça n’a plus aucune valeur et je regarde les scientifiques français avec un oeil moins admiratif et bienveillant maintenant !
    Pour l’ambiance, j’ai eu l’occasion d’aller dans un labo à l’étranger et j’ai été sciée de voir la solidarité et la joie de travailler de l’équipe de recherche. Je me suis rendu compte à quel point en France on est tous concurrents les uns des autres et ça fausse toutes les relations...
    Allez, bon courage à tous les concernés....

    • j’ai une histoire encore plus belle qui écrase de loin les anecdotes les plus invraisemblables. Je candidate sur un poste où je ne connais ni labo ni personne, c’est un poste "vacant", enseignement en IUFM mais rattaché à un labo d’université. Bon, je ne sais vraiment pas comment, j’étais peut-être particulièrement bon et les autres particulièrement nuls, en somme on me dit le soir même que je suis classé premier. Génial, je pense. Sauf que trois semaine après, juste avant la publication des résultats, le président du comité de sélection m’informe par mail que LE POSTE A ÉTÉ RETIRÉ. Je ne crois pas à mes yeux, je vais sur galaxie qui affiche un mystérieux "procédure interrompue - candidature sans objet". Cela je ne croyais pas que c’était possible...le poste n’est-il pas validé par le ministère avant d’être publié ? Quelle genre de manœuvre a rendu possible un tel prodige, suppression de poste après candidature, audition et classement ? Je ne sais pas si saisir le tribunal administratif ou passer directement par la presse...

    • Bonjour bia,

      Ton histoire n’est pas isolée, j’ai déjà entendu ce genre de chose. En fait, légalement cela peut arrivé si le concours n’a pas été organisé suivant les règles. Donc par exemple si tu étais le seul candidat ce n’est plus un concours, si le jury d’audition n’a pas été formée comme il se doit (il doit y avoir un nombre d’externe, de prof de maître de conf, etc)... Et il y a sans doute d’autres règles (je crois qu’un concours où il n’y a que des candidats hommes peut être invalidé).

      Bref, c’est complètement absurde, je suis d’accord, parce qu’à la fin il y a un candidat qui n’a pas de poste et un labo qui voudrait une personne et qui n’en a pas.

      Encore une preuve que le recrutement par concours n’est vraiment pas la bonne solution.

      Dans ce cas précis, je te conseille de contacter le labo pour leur demander ce qu’il s’est passé. Et puis si tu as été classé premier une fois il n’y a pas de raison que ça ne se reproduise pas... Courage !

    • Bienvenue au club !
      A croire que cette année ils ont décidé de supprimer quelque poste... en fin de procédure !!
      Je me retrouve dans le meme cas que toi. Classé premier j’apprends que le conseil d’administration de l’université n’a pas validé le classement et placé le concours en "infructueux".
      Personnellement j’arrête ces concours de m... !

      Courage.

    • Maybe je me suis mal expliqué : ce n’est pas le concours qui a été annulé par vice de procédure, mais bien le poste qui a été annulé après concours régulier. Tout mon entourage universitaire est abasourdi, personne n’avait jamais vu un tel phénomène. Naturellement j’ai demandé des explications au labo et à l’iufm : ils m’ont raconté une histoire bizarre sur un prag qui devait partir sur un autre iufm mais que finalement a décidé de rester, ils n’avaient donc plus besoin d’un mcf (vu que d’ordinaire peut-on substituer un mcf avec un prag...) et paf, comme par magie le CA a annulé le poste. Extra quoi. C’est bien ce genre de guignolades qu’il ne faut surtout pas faire passer, il faut saisir le tribunal administratif illico et faire le plus de bruit possible, ou dans 5 ans les comités de sélection ne décideront vraiment plus rien, ce seront les conseils d’administration qui assigneront les postes sur la base d’une logique comptable.

  • Et du côté du CNRS, ce n’est pas mieux : dans certaines sections, on préfère parfois les candidats étrangers dans des proportions qui défient les statistiques et l’entendement : cette année, pour la section 34, seul 1 des 7 admissibles est Français, alors que le ratio candidats français/candidats étrangers était bien supérieur.
    Pendant ce temps-là, les ATER, post-doctorants et autres précaires français formés en France par les membres des jurys CNRS continuent à chercher... un poste.

    • Bonjour à toutes et tous,
      Je n’ai ni l’habitude ni le goût des forums de discussion. Je suis tombé sur celui de
      Nathalie un peu par hasard et quelque chose m’a poussé à apporter mon témoignage ;
      autant vous dire de suite que je suis tenu par l’obligation de réserve étant agent de la
      fonction publique. Je resterai donc plutôt dans les généralités et le vague :( J’ai la
      chance d’avoir un poste de chercheur permanent depuis une vingtaine d’année, mais
      c’est seulement depuis 15 ans (!) que je regarde de plus près comment fonctionne
      notre système, ayant été chef d’équipe, fait partie de commissions d’admissions,
      (co-)encadré plusieurs thèses, participé un peu à l’enseignement, été à l’origine d’une
      nouvelle équipe de recherche dans mon laboratoire, et bien sûr travaillé comme un fou
      dans la recherche qui me passionne. Mais il y a une chose que je n’ai pas cherché à
      faire : grimper dans la hiérarchie, administrer quoique ce soit et/ou soigner mon réseau
      de relations. Les expériences que vous relatez ne me surprennent malheureusement
      pas. J’en ai vues et vécues de l’intérieur des similaires ; si je devais les relater ici, ce
      n’est pas une page, mais plutôt un livre que je remplirai. Nombre de fois où, quand
      nous n’y prenions pas garde et faisions confiance au système censé privilégier la
      qualité scientifique et le mérite, on voyait de très bons candidats se faire éliminer dans
      l’opacité la plus totale. Mais "rassurez" vous : cela ne s’arrête pas à la porte d’entrée,
      voir par exemple ce qu’a vécu un collègue il y a plusieurs années
      http://membres.multimania.fr/virtuel2/dezab.html
      Pour finir, permettez moi de vous en raconter une parmi d’autres de ces expériences :
      il y a 8 ans j’étais membre du bureau de l’une de ces commissions d’admission.
      A la fin du processus je me rendais subitement compte qu’il y avait eu plusieurs
      vices de procédure en faveur du candidat recruté ; après une nuit blanche et beaucoup
      d’hésitation, je me décidai à interpeller président et vice-président de cette commission ;
      voici texto la réponse par e-mail du premier (j’ai censuré les noms...)

      XXX YYYY wrote :

      > Bonjour a tous,

      > Je ne suis pas excellent juriste. Evidemment il me parait important de
      > traiter les affaires correctement. Je voudrais attirer votre attention sur
      > les boites de pandore faciles à ouvrir et plus difficile a refermer. Avec
      > cela un candidat grincheux pourrait si il y a des fondements juridiques
      > faire annuler le concours de recrutement de E N comme on a déjà vu
      > que cela peut se faire au AABB.
      > Je pars ce soir a 17h45 direction Paris pour le comité national. je suis
      > relativement pris toute la journée par la présence de S K
      > qui nous rend visite au labo. On peut essayer de trouver un moment d’ici ce
      > soir.
      > XXX

      je vous économise ma réponse à ce message. vous auriez compris que Mr XXX YYYY venait indirectement d’admettre que non seulement il y a eu problème mais qu’il y en avait eu aussi à la commission précédente pour E N. en fait l’une était un renvoi de l’ascenseur de l’autre, entre deux sections...je vous passe les détails !

      ai-je cherché à casser le concours ? Non, car le troisième classé était un candidat que je soutenais, et personne n’aurait admis que ma démarche était
      désintéressée ! Il s’agissait d’un de nos anciens étudiants qui rentrait de deux années
      de postdoc à l’étranger. qu’est il devenu ? il est reparti à l’étranger dans un pays où
      l’on vaut ce qu’on est, et actuellement directeur exécutif d’un institut sur la côte ouest
      des USA ! je suis très content pour lui, et triste pour la France.

  • Hé bien, moi qui cherchais des informations pour l’audition à un poste de maître de conférence, me servi.... Et cet article ne cesse de recevoir des commentaires au fil des années (et hop, un en 2012). Me voila mieux renseigner sur les règles du jeux.

    Pour rapidement expliquer ma situation, thèse en france soutenue en dec 2008, et j’entame ma 4ème année de post-doc au Canada (Edmonton, côté anglais, il n’y a pas que le Québec dans ce grand pays). Bref, je passe les qualif cette année, et postule sur 2 postes dans ma section. Pour le moment, suis auditionné pour un ; et j’attends des nouvelles de l’autre. Après tous ces commentaires, je me demande bien si cela vaut la peine de payer un billet d’avion A/R à mes frais pour cette(es) audition(s)... Je ne connais personne dans les labos ou universités, ce qui n’aide pas visiblement.(Ouiiinnn).

    Bref, en fait je voulais savoir si on pouvait connaître, par curiosité, la liste des personnes retenues pour l’audition.

    Merci,
    un tit Canadien d’adoption qui aimerait bien revenir en France (sisi quand même, le fromage me manque, entre autres),et ce, même pour claquer la porte à une situation bien meilleure juste en tant que Post-Doc....

  • A la recherche de conseils pour une audition dans 15 jours (sciences humaines, seule audition, puisqu’un seul poste dans la spécialité cette année...), je vois que le sujet fait couler pas mal d’encre depuis 2008 !
    Beaucoup d’expériences négatives mais pour ceux qui se découragent, sachez quand-même que pour l’audition en question il n’y a aucun candidat local : comme quoi ça arrive et tous les postes ne sont pas fléchés. Une personne de la commission soutiendra la candidature, mais à la régulière : un rapporteur CNU, inconnu jusque là, qui s’est pris d’intérêt pour les travaux de recherche à l’occasion de la qualification.
    Et une amie a décroché un poste de MCF l’année dernière dans une fac où elle ne connaissait personne, simplement pour la qualité de ses recherches et l’adaptation au labo d’accueil (sciences humaines également).
    Bref, y a des abus, mais aussi de l’espoir :-)

  • Bon j’ai lu tout vos commentaires, et cela ne me rassures pas pour mon audition au poste de MCF.
    Je vais encore plus la bosser et espérer que tout ce passe bien.
    C’est incroyable tout ce que j’ai pu lire ici