Accueil > Personnel > Voyages > Royaume Uni > Les Highlands

Les Highlands

dimanche 3 septembre 2006, par Nathalie

D’Edinbourg, les deux habitants des Terres du Milieu rejoignirent la terre des immortels (il faut avoir un peu de culture SF pour comprendre cette phrase, je vous l’accorde. D’autre part il faut savoir que Birmingham est située dans les Midlands et que Tolkien y a grandi, mais ça c’est une autre histoire, une trilogie même...)

Ce qu’il faut savoir c’est qu’au Royaume-Uni, le TGV n’existe pas (on ne se rend pas compte à quel point on est privilégié en France !). Du coup nous avons pris un petit tchoutchou d’Edinbourg à Inverness. 3h de train durant lesquelles on voit le paysage se transformer petit à petit de manière tout à fait magnifique.

Mon guide ne me disait pas grand bien d’Inverness. Du coup, nous avons pris une guest-house à Drumnadrochit [1](si vous arrivez à la prononcer du premier coup sans vous trompez je vous offre un carambar.), toute petite ville composée quasiment exclusivement de Bed and Breakfast et presqu’au bord du Loch Ness.

C’est donc naturellement que nous avons commencé par aller visiter Urquhart castle (et celui-là, vous y arrivez du premier coup ?), un château situé au bord du fameux lac. La journée ne commençait pas bien : nuages bas et épais. Mais elle s’est vite améliorée, nous laissant découvrir un paysage splendide, presqu’émouvant (ou pas).

Il s’agit des ruines d’un château du moyen-âge extrêmement bien présenté au public. On voit alors, un château de brique presque rouge se détacher sur le profond bleu du lac avec derrière le vert des montagnes... ouah :-o !

Pour ceux qui se posent la question, nous avons effectivement vu le monstre du Loch Ness (en fait un famille de Nessie), comme en témoigne le court film présenté ci-dessous ;-) !

Après cette magnifique balade, nous en avons fait une autre moins célèbre mais tout aussi sympathique, les chutes d’eau de Divach, en anglais "Divach falls" (=des vaches folles :-D).

Nous avons été moins chanceux la deuxième journée : la fatigue, le temps plus que mossade et surtout le manque de moyens de transport nous a empêché d’aller faire une ballade de 10km à Glen Afric, la plus belle vallée des Highlands :-(.

Tant pis, nous avons donc pris le car direction Fort William, où nous avons passé le reste de cette froide journée.
Fort William est une petite ville située au bord de Loch Linnhe. Elle n’a pas de grand intéret touristique si ce n’est qu’elle est le point de départ de beaucoup de randonnées et que beaucoup d’activités sportives y sont proposées. Pour notre part nous nous sommes contentés de faire le trajet Fort William-Mallaig aller et retour en train à vapeur, et attention, il s’agit du train dans lequel Harry Potter a été filmé !

Tout d’abord, voyager en train à vapeur est une expérience, particulièrement lorsqu’il fait chaud, que les fenêtres sont ouvertes et que l’on passe dans un tunnel ! Je me souviens que ma grand mère m’avait expliqué qu’autrefois, lorsque l’on voyageait on faisait attention de ne pas mettre de beaux vêtements... Vu les poussières de suie que nous avons retrouvé un peu partout, je comprend pourquoi !

A part ça le paysage était plus que magnifique : Des Lochs, enfin des lacs un peu partout, les montagnes vertes : un vrai beau souvenir.

Mallaig est un tout petit port de pêche d’où partent des ferries pour l’île de Skye. Mon guide n’en disait pas des merveilles, mais nous avons adoré. Bon c’est vrai, il faisait particulièrement beau et nous n’y sommes restés que 2h. Evidemment il n’y a pas d’activité touristique mais la ville est très jolie. Nous y avons déjeuné un excellent Fish and Chips (quand ils viennent juste d’être pêché et qu’ils ne sont pas trop gras, c’est bon !). Et une Otarie est même venue nous dire bonjour !

Très bonne journée qui s’est conclue par une autre agréable surprise. Le soir même nous devions prendre un car pour rejoindre Glasgow. J’avais choisi ce moyen de transport car il était plus rapide que le train. Ce que je ne savais pas c’est que le car allait traverser Glen Coe. Une superbe vallée dans laquelle il est possible de faire de nombreuses randonnées. Faignants comme nous sommes, cet aperçu en car était absolument parfait !

Portfolio


[1Glen Rowan Guest House, charmant, tenue par Vanessa et Alistair qui ont recemment abandonné leur 28 ans de vie à Glasgow pour ouvrir un B&B. Vanessa est gentillement venue nous chercher à la gare d’Inverness.

Messages

  • Avé à vous

    Et bé, pour des pauvres malheuruex.... franchement, je vous plains, ça a du être duuuuuur, des vacances pareils.

    Cependant, une réflexion.... préciser que Tolkien ait grandi dans les Midlands est une très bonne remarque, cela explique les hobbits et autre chose de ce genre. MAIS, et il y a un Mais de poids. Loin de moi l’idée de croire que le terme de trilogie ai été uniquement une référence aux films (pas si bien) adaptés du seigneur des anneaux.... (je m’insurgerait sur les graves infidélité faite à l’Oeuvre une autre fois)

    Parce qu’entre :
    - Le silmarillon
    - Bilbo le Hobbit
    - La communauté de l’anneau (2 livres ou 1 tome)
    - Les deux tours (2 livres ou 1 tome)
    - Le retour du roi (pareil)
    - Faêrie
    - Les comtes et légendes inachevé

    On obtient un monde complex de 9 livres ou 7 selon les décomptes !!!

    Mais c’est juste pour vous faire un peitit coucou

    A+ les pauvres malheureux expatriés.

  • Bon j’attends avec imptience mes deux carambars... :))

    Votre commentaire, tout à fait sympathique, et votre mode de déplacement pour décourvrir toutes ces contrées étranges correspond au profil non pas du cautious produser, ni du net player mais bien du discoverer.
    Je vous enverrai très bientot sa photos. :p
    :o) B)

    • euh..... En quelle langue que tu parles ? c’est quoi un cautious producer ? et tu vas nous envoyer la photo de qui ?!!!

      A part ça, tant que je n’ai pas de preuve, tu n’auras pas tes carambar :o)

    • Alors voilà, le cautious produser, le « précautionneux » c’est celui qui, dès qu’il sort de chez lui est un peu perdu. Du coup, il préfère avoir tout préparé avant de partir pour ne pas avoir besoin de chercher en arrivant sur place. « On ne sait jamais ce qui peut arriver ! ». Il recherche un peu de France dans chaque pays qu’il traverse. :o

      les réseauteurs (net surfers) fonctionnent... en réseau : l’information sur les bons plans, les astuces, le prix, les destinations sympas circulent dans une sorte de réseau informel de copains et de relations. Adeptes de la cyberconsommation, ils sont généralement bien équipés en technologie. Ce sont de jeunes urbains, branchés Internet comme tout leur entourage professionnel et amical. Souvent diplômés du supérieur, ils ont un bon capital culturel, ils travaillent dans la com’, la finance, le show biz... et gagnent plutôt bien leur vie. Ce faisant « ils ne voyagent pas idiots », la culture revêt une importance certaine pour eux. B)

      Le découvreur (quant à lui ou elle) recherche le contact avec les autres - les autres voyageurs découvreurs comme lui ou les autochtones. Le jeune découvreur pratique beaucoup le train parce que c’est un transport souvent peu cher et qui permet de voir du paysage et de lier connaissance. Il aime les rencontres fortuites, l’authenticité réelle. Partager la vie de l’autre, de l’autochtone, pour connaître sa culture, son mode de vie, ses problèmes. :o)

      Voilà pour quoi je disais ça !! ;) ;)

    • Merci pour ces précisions sociologiques ;) .

      Je dirais donc que nous avons du cautious produser le besoin d’avoir un lit bien conforatble et une douche bien propre. Et puis je réserves tous les hotels en avances et les principaux trajets

      Du réseauteur, nous avons la manière de préparer les vacances... Un petit peu de bouquins papier mais beaucoup de recherche internet et lecture de forum (je vous conseil celui du guide du routard ici). Et tous les hôtels et trajets sont réservés par le web, la plupart du temps nous avons des billets électroniques ou livrés à la maison. Il y a aussi les photos : numériques downloadées régulièrement sur notre portable toujours à l’écoute d’un hotspot WiFi B)

      Quant au découvreur, c’est la manière dont nous voyageons. Guest House pour discuter avec les habitants, le train quand c’est possible, beaucoup de marche à pied. Peu de restaurant branchés, mais quelques restaurants du terroir :p .

      Voilà, vous savez tout !