Accueil > Personnel > Ciné > History Boys

History Boys

mercredi 1er novembre 2006, par Nathalie

C’est un film anglais inspiré d’une comédie musicale. L’histoire d’une bande de jeunes garcons qui viennent d’avoir leur "A-level" (le bac). Etant donné leurs excellents resultats, ils sont invites à bachoter de plus belle pour passer l’examen d’entrée à Cambridge ou Oxford, le tout sous la tutelle de prof géniaux.

Nous avons bien aimé :
- le ton du film assez drôle, avec un scène en francais non sous-titrée qui a fait rire tout le monde dans la salle (comme quoi les britanniques comprennent le francais ;-))
- Cette élitisation d’Oxford et Cambridge : cela me rappelle celle que nous avons, en France, pour l’Ecole Normale et Polytechnique. Le truc c’est que pour un francais "Oxford et Cambridge ce sont des fac anglaises point..." de toutes manieres ce sont les seules qu’on connaissent et en plus ce ne sont même pas des écoles d’ingenieurs !" Vous imaginez maintenant ce qu’ils pensent de Normale et Polytechnique ?
- Le fait que pour une fois ce ne sont pas les cancres qui sont les héros du film mais les premiers de la classe et qu’en plus ils sont "cool".
- Le fait que pour une fois, les profs n’apparaissent pas comme des gens rigides et empécheur de tourner en rond.

Par contre nous avons été absolument scandalisés par un point clé de ce film : Le prof le plus sympa à la fâcheuse habitude de vouloir raccompagner ses élèves et de leur mettre la main sur les parties intimes. Lorsqu’il est renvoyé de l’établissement, tout le monde s’étend sur le fait que ce prof va manquer au lycée !!!. D’accord, les élèves sont quasiment adultes, d’accord il n’y a pas viol (et qu’en l’occurrence, ils trouvaient ça même marrant), d’accord les jeunes savent très bien dirent stop . Il n’empêche que je trouve incroyable que ce même type soit présenté comme le plus génial des profs ! Evidemment les pédophiles doivent être des gens assez attachants, car sinon ils n’arriveraient jamais à approcher leur victime, mais ce n’est pas une raison pour les présenter comme tels au cinéma. Cela banalise la pédophilie surtout quand le réalisateur fait du licenciement du professeur une des scènes les plus tristes du film.

Malgré ce gros point négatif, cela reste un très bon film : intéressant et drôle à la fois.


De plus, 2 élèves sur 6 et 2 professeurs sur 4 sont homosexuels, je ne sais pas si c’est une caricature ou description fidèle de la population que l’on pouvait rencontrer dans une école de garçons dans les années 80 en Angleterre.