Accueil > Personnel > Nano > Mettons nous d’accord ! > Contes et légendes 1

Contes et légendes 1

mercredi 7 mars 2007, par Nathalie

Cet article n’est pas approprié qu’aux nanos. Il a pour but d’éclaircir un peu le travail du chercheur... Enfin surtout de dire ce qu’il n’est pas !

Dans l’imaginaire collectif, on parle rarement du chercheur mais plutôt du scientifique. C’est une nuance certes mais on peut être scientifique sans être chercheur or les découvertes sont dans l’extrême majorité des cas faites par les chercheurs et non par les scientifiques.

Dans l’imaginaire collectif, lorsqu’on est chercheur on s’y connaît dans toutes les sciences. Certes, nous avons tous de la culture générale, mais n’allez pas demander à un physicien de vous parler de biologie (à moins qu’il ne soit biophysicien, évidement) ! Pire, au sein même de la physique, le spécialiste des sciences de matériaux ne s’y connaîtra pas forcément en physique nucléaire. Au sein des sciences des matériaux, le spécialiste de l’optique ne s’y connaîtra pas forcément en synthèse.
Autrement dit, à l’heure actuelle, les chercheurs sont extrêmement spécialisés (ce qui est parfois problématique) et le savant philosophe qui existait encore à la fin du 19ème siècle a disparu.

Dans l’imaginaire collectif, le savant fou est une norme. Le savant fou représente ce génie délaissé de tous et qui poursuit son propre but dans son laboratoire isolé truffé de gadgets de son invention et qui lui procure la sécurité et le confort dont il a besoin ! Et bien non ! Les chercheurs, même s’ils peuvent être fous à lié, même s’ils peuvent être incompris ne sont jamais seuls. Tout d’abord parce que faire des expériences ça demande pas mal d’argent et que rare sont les chercheurs milliardaires. L’argent vient après que le chercheur ait réussi à démonter la faisabilité et la potentialité de son projet. Même lorsque l’on pratique des sciences où un papier et un crayon suffisent, la crédibilité s’obtient à la suite de publications qui sont critiquées et débattues. Une autre raison est que les chercheurs ont besoin de vivre, ils sont donc payés par des organismes qui leur demandent de rendre des comptes. Leur travaux sont donc sans cesse évalués.

Conclusion : Le travail du chercheur consiste à se consacré à l’étude d’un domaine extrêmement spécialisé. Sont travail est sans cesse soumis à évaluation que ce soit celle de la communauté scientifique ou celle des pouvoirs publiques. Le système n’est pas parfais, on peut imaginer beaucoup d’amélioration, mais nous entrerons dans ce débat une autre fois...